Ce week-end, chéri-d'homme, monstreauxplantes et moi-même, nous sommes rendus chez un concessionnaire en vue d'acheter une nouvelle titine. CA44502KCA079ZSJCAGHO5MTCAU1C0P6CAQGJZ52CAMNVPIECAN77UDNCARKSY8YCARAS3EJCAQ14073CAVQD8YQCAC36HELCAMF7W2GCAFMTFBPCAUKABELCAYA2NMMCA8009LJCAHZDA5UCAF0996B

Le choix du nouveaux transporte-nous s'est révélé cauchemardesque car, monstreauxplantes nous a rapidement montré toute l'étendue de sa vaillante espieglerie :

Bêtise n°1 : Dans le bureau du vendeur, alors que nous essayons de comprendre de quoi qui cause le monsieur en costard bon marché et au sourire 18000 dents, le petit boulé (c'est comme ça que je l'appelle aussi, oui-oui, sans complexes) qui s'agitait en tous sens, s'est vautré, lamentablement, sur un mur. S'en sont suivis des hurlements dechirants qui encombraient l'espace réduit du préfabriqué et qui risquent de me valoir la peine d'une rente à vie, à verser au pauvre vendeur aux tympans désormais hors de marche.

Bêtise n°2 : Faut dire, on choisit notre jour pour venir.

La nuit précédent notre achat, un idiot, ne savait pas encore qu'il ferait mon malheur en plus de celui de la concession Renault. Donc, cette nuit là, un gars, bien beurré, a trouvé le moyen de faire marche arrière dans la vitrine de la concession, qu'il a éclaté en milles morceaux. Qui c'est qui court partout pour jouer avec les morceaux de verres, encore présents sur les lieux, à notre arrivée le matin ? MONSTREAUXPLANTES !!! Pour l'anecdote, le casseur de vitre, malgré sa fuite, va être retrouvé : il a été filmé avec un téléphone par des prostituées, témoins de son forfait : arrggh !

C'est après ça que ma profonde personnalité de mère indigne s'est révélée : à la bêtise N° 3 du petit boulé (PB pour les intimes).

Il faut savoir, que depuis que nous remettons en marche nos radiateurs électriques ultra-brûlants et aussi vieux que mon premier journal de Mickey, nous apprenons à petit boulet à ne pas s'en approcher. Résultat : monstreauxplantes a trouvé ses ennemis n°1 : les "Teurs" (radiateurs) qui l'effraient à un point quasi-obcessionnel, et provoquent pleurs et gros câlins dans les bras des parents (On a peut-être fait une boulette quelque part là ?).

Ainsi, samedi dernier, toujours chez Renault, PB n'écoutait pas, courait, criait, n'arrêtait pas de s'agiter malgré les nombreux avertissements de ses parents vidés, à bout de nerfs, amorphes, prêts à acheter n'importe quelle inutile twingo, juste par lassitude. Au bout de l'énième : "Nan, poulette, tu n'iras point courir dans les bureaux des messieurs-dames de la compta Renault." J'ai fini par dire (Ô, honte à moi !) :

- "Nan, vas pas la bas, y a plein de radiateurs ! Hé ouais !" Résultat garanti sur facture : PB est restée collée à sa môman après ça !

Super nanny va pas être très jouasse mais bon !

De toutes façons faut déjà que j'appelle D&CO pour le salon et les chambres !1supernanny